Glass, une fin aussi surprenante que l’annonce du film

0

Réalisateur : M. Night Shyamalan
Sortie : 16 janvier 2019
Sortie US : 18 janvier 2019
Durée : 2h09
Synopsis: Peu de temps après les événements relatés dans Split, David Dunn – l’homme incassable – poursuit sa traque de La Bête, surnom donné à Kevin Crumb depuis qu’on le sait capable d’endosser 23 personnalités différentes. De son côté, le mystérieux homme souffrant du syndrome des os de verre Elijah Price suscite à nouveau l’intérêt des forces de l’ordre en affirmant détenir des informations capitales sur les deux hommes…

Après Split qui a eu un énorme succès en salle avec son budget de 8 millions de dollars. Cette fois, Night Shyamalan récidive avec Glass pour un budget plus conséquent de 20 millions de dollars pour terminer l’histoire de Split mais aussi celle d’Incassable. Aussi surprenant qu’il soit, Incassable est lié à Split, mais pour se faire, Disney et Universal ont du s’associer pour donner vie à Glass. Tourné à Philadelphie comme la plupart des films de Shyamalan, l’univers des deux précédents films sont assez différents et ont demandé un travail de recherche pour en faire ressortir un style commun. Avec 39 jours de tournage, et le retour de Bruce Willis et Samuel Lee Jackson 19 ans plus tard dans leur rôle respectif, est-ce que Shyamalan réussit-il Glass ? Voici mon avis.

Prochainement, je publie la conférence de presse. Elle arrive après la sortie pour éviter les spoilers.

NOS NOTES ...
Verdict
Article précédentStellan Skarsgård rejoint le reboot de Dune
Article suivantAnne Hathaway et Tim Robbins rejoignent le prochain Todd Haynes
glass-une-fin-aussi-surprenante-que-lannonce-du-filmGlass premier film attendu de cette fin d'année, est une attente justifiée et j'ai bien aimé. L'histoire se passe 19 ans après Incassable, et quelques semaines après la fin de Split. Dès le début, on retrouve David Dunn (Bruce Willis) et son fils, entrain de traquer la bête (James McAvoy), tout en nous montrant ce qu'il est devenu depuis incassable. Ce duel tant attendu sera au coeur de l'histoire mais se passera plus particulièrement dans un asile avec une psychiatre qui a pour objectif de démontrer que Dunn, Crumb et Price ne sont pas des super-héros et n'ont aucun pouvoir. Toutefois, si cette théorie est énormément pointé du doigt, on a toujours cette confrontation qui se fait sentir, surtout lorsque Mr Glass ou Elijah Price rentre en jeu. Ce dernier volet clôture parfaitement la saga mais nécessite plusieurs visionnage à mon sens. Toutefois, le lien qu'unit les films va en surprendre plus d'un, tout comme sa fin. Si l'atmosphère psychologique est très pesante et très bien amenée, on se retrouve à la fin avec quelques questions malgré tout. Côté acteurs, Shyamalan reprend vraiment les mêmes, et essaye de montrer cette croyance qu'ont certains rôles. Comme celui du fils de David Dunn, toujours à voir en lui ce héros qu'est son père. Cependant, James McAvoy est exceptionnel, il sort du lot et sublime ce volet grâce à ses interprétations hallucinantes qu'il a pu donner dans Split, mais donne également une énergie que les autres personnages n'ont pas. Au-delà de tout ce petit monde, Glass montre aussi la défaillance de la technologie d'aujourd'hui, et le fait de pouvoir dévoiler des faits secrets de notre société si facilement, à l'image d'internet. Au final, Shyamalan livre une histoire bien ficelée avec des images inédites d'incassable, sa psychologie et ses réflexions. Glass est un bon film mais également surprenant, tant par son annonce que par sa finalité. Si tu as aimé Split, tu devrais aimer ce dernier opus mais je conseille à ceux qui veulent se lancer dans l'aventure Glass de se faire un nouveau visionnage d'Incassable et Split.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.