Gaston LaGaffe , des personnages fidèles

Réalisateur : Pierre-François Martin-Laval
Sortie : 4 avril 2018
Durée : 1h25
Synopsis Allociné: M’enfin ! Gaston débarque en stage au Peticoin. Avec ces inventions délirantes, il va changer le quotidien de ses collègues. Chat, mouette, vache, et gaffophone seront au rendez-vous des aventures de notre bricoleur de génie qui ne pense qu’à faire le bien autour de lui mais qui a le don d’énerver Prunelle son patron. Les gaffes à gogo de notre empêcheur de travailler en rond pourront-elles éviter que le redoutable Monsieur de Mesmaeker rachète le Peticoin ?

Après « Spirou et Fantasio », Franquin a une nouvelle adaptation d’une de ses bandes dessinées, Gaston LaGaffe. PEF réalisateur de son long métrage n’a pas manqué d’ingéniosité pour convaincre l’éditeur de lui céder les droits. Il s’est glissé dans la peau du personnage et effectué une mise en scène pour la rencontre. Tout comme Théo Fernandez, interprète de Gaston, il s’est venu offrir le rôle sans le vouloir lorsqu’il s’est endormi chez UGC pour le casting d’un autre film. Si majoritairement, cette adaptation fait principalement appel à des effets spéciaux pour la mouette et le chat, la majorité des effets ont été effectués en plateau, sauf si c’était impossible. Ce nouveau film adapté d’une BD est il réussi? Voici mon avis.

Mon Avis
Verdict
Article précédentSpin off Fast & Furious une date de tournage fixée !
Article suivantCreed 2 tournage lancé et synopsis révélé !
gaston-lagaffe-des-personnages-fidelesGaston Lagaffe d’André Franquin se trouve désormais porté à l’écran par Pef, et comme toutes les adaptations d’une BD c’est toujours assez compliqué. Pour cette adaptation, beaucoup d’éléments sont gardés comme la rencontre de Gaston, identique au numéro 990 de Spirou. Excepté que cette rencontre n’est pas avec Spirou, mais un autre personnage. Transposé dans un univers du commerce et non du journalisme, cette partie m’a beaucoup déçue. Autant les personnages emblématique sont présents, mais de ne pas avoir gardé cet environnement est bien dommage. Quand on voit le scénario très pauvre et simpliste, le milieu journalistique aurait pu être gardé. Entre la temporalité des évènements très peu énoncé et brouillon, on est plus dans une adaptation qui accule à la chaîne les principaux gags de Gaston comme la vache , la boule de bowling, le sac de couchage dans le casier et j’en passe. Avec des personnages très fidèles qui vont De Mesmaeker, Prunelle, Jeanne, l’agent Longtarin aux amis de gaston, on est ravi de les voir s’animer à l’écran. Mention spéciale pour Alison Wheeler, très ressemblante à la Jeanne de la bande dessinée. Néanmoins, Fantasio manque à l’appel et c’est dommage de ne pas avoir essayé de faire un univers étendu qui aurait pu déboucher sur un Spirou et Fantasio de meilleur qualité qu’à sortie Sony en ce début d’année. Entre inventions tordues et un Gaston incarné par Theo Fernandez bancale dans sa prestation ; Pierre-François Martin-Laval réalise une adaptation fidèle sur les principaux éléments mais reste pénalisé par un scénario et une réalisation très décevante. On n’oubliera pas l’hommage à la musique de Nino Ferrer effectué dans le film via une réplique. Au final, je suis très déçu, et ce n’est pas forcément drôle car les principaux gags pouvant l’être sont dans la bande annonce.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.