Pourquoi « La Tour Sombre » a fait un flop ? Stephen King réponds !

0
433

Cette année Stephen King a eu deux adaptations de ses oeuvres, « La Tour Sombre » et « Ça » dont un est un énorme succès. »La Tour Sombre » sortie en août dernier dans les différents pays n’a pas eu le succès escompté il n’a récolté que 110 millions de dollars à travers le monde. Durant une interview accordé à Vulture, il a énoncé les raisons de son échec au box office mondial.

« Le défi majeur était de faire un film basé sur une série de livres qui sont vraiment longs, environ 3 000 pages. L’autre partie était la décision de faire un PG-13, une adaptation des livres extrêmement violents et des comportements violents d’une manière assez graphique. C’était quelque chose qui devait être maitrisé, bien que je dois dire, je pensais qu’Akiva Goldsman (le scénariste) a fait un excellent travail en prenant une partie centrale du livre et en le transformant en ce que je pensais être un très bon film. « 

Il ajoute qu’il a aimé toutes les adaptations de ses oeuvres, mais que à la sortie du long métrage, il s’est exclamé : « Même le pire film que j’ai vu a été fantastique ». « La Tour Sombre« , la série complète englobe plus de 4250 pages sans compter les références multiples aux autres livres de Stephen King. L’adaptation fidèle du premier roman aurait été amplement suffisante et ambitieuse au lieu de vouloir englober toute l’histoire selon lui. Tout en ajoutant, le marketing faible, les critiques médiocres et un changement important dans le contenu ont tué cette adaptation à sa sortie. Néanmoins il a apprécié de ce qui a été fait pour son oeuvre.

La tour a sombré et c’est bien dommage. En attendant, vous pouvez retrouver son autre adaptation du clown tueur, « IT » ou « Ça » actuellement en salle et qui fait un carton.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.