Blackkklansman, infiltration réussite

Réalisateur : Spike Lee
Sortie : 22 août 2018
Sortie US : 10 août 2018
Durée : 2h16
Synopsis: Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l’histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions.

En se faisant passer pour un extrémiste, Stallworth contacte le groupuscule : il ne tarde pas à se voir convier d’en intégrer la garde rapprochée. Il entretient même un rapport privilégié avec le « Grand Wizard » du Klan, David Duke, enchanté par l’engagement de Ron en faveur d’une Amérique blanche. Tandis que l’enquête progresse et devient de plus en plus complexe, Flip Zimmerman, collègue de Stallworth, se fait passer pour Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupe suprémaciste et apprend ainsi qu’une opération meurtrière se prépare. Ensemble, Stallworth et Zimmerman font équipe pour neutraliser le Klan dont le véritable objectif est d’aseptiser son discours ultra-violent pour séduire ainsi le plus grand nombre.

Spike Lee revient avec Blackkklansman, une adaptation du livre écrit par l’afro américain Ron Stallworth et racontant sa propre histoire sur son infiltration au sein du Ku Klux Klan pour le faire tomber avec l’un de ses collègues. Ici, Stallworth, Lee fait appel a  John David Washington, le fils de Denzel Washington avec qui il a déjà travaillé sur quatre de ses films. Cependant, son casting est également composé de Topher Grace ou Adam Driver mais il réussit a faire venir dans son long métrage, le célèbre chanteur, acteur et militant Harry Belafonte.
Enfin pour son nouveau film, il est allé le présenter au Festival Cannes et a obtenu le grand prix. Cependant, si Cannes lui a donné un prix est-il à la hauteur de ce sacre ? Voici mon avis.

Bande annonce VOST

Mon Avis
Verdict
Article précédentJames Gunn ne sera pas réintégré chez Marvel
Article suivantBrian O’Conner de retour dans la saga Fast and Furious ?
blackkklansman-infiltration-reussiteSpike Lee revient sur les devants avec Blackkklansman, une histoire vraie, et c’est plutôt réussi. Dès le début, on nous expose les faits pour vite nous propulser dans cette aventure improbable mais vraie de l’agent Stallworth. Incarné par John David Washington, on pourrait se poser des questions sur si son personnage à l’origine ait autant de légèreté et soit si décomplexé. Quoiqu’il en soit, le fils de Denzel Washington reflète très bien cet aspect qui ressemble beaucoup au rôle qu’il a dans la série Ballers sur HBO. Toutefois, pour intégrer ce cercle, l’agent afro américain a dû s’associer avec son collègue, Filip Zimmerman interprété par Adam Driver, son double blanc. Assez discret, et plutôt timide, cet effet contraire avec Stallworth est assez drôle, et le duo fonctionne assez bien. Si le but premier de cette infiltration faire tomber Ku Klux Klan, l’humour est très présent à travers des répliques subtiles entre les deux acteurs. Pour faire vivre cette secte connue du monde entier, Lee s’entoure pour incarner ses militants d’un excellent Topher Grace en leader qu'on avait perdu de vue, ou d'encore de Ryan Eggold qui a un charisme que j'aime beaucoup qu'on a pu déjà voir dans la série The BlackList. Si Lee nous emmène dans l’époque où Malcom X était très présent et qu’il affectionne; il essaye de montrer l’envers du décor où le caractère politique est omniprésent. Aussi sérieux qu’il soit, l’humour est très présent avec une touche de glamour et d'amour apporté avec Laura Harrier; et j’ai aimé cet équilibre. Si j’ai trouvé quelques petites scènes longues, à la fin on est tout de même conquis par son nouveau long métrage. Spike Lee et son black powa nous montre sa maitrise sur le traitement du sujet, et en profite pour passer un message sur la situation de nos jours en fin de film, avec des images chocs. Son prix lors du Festival de Cannes est mérité, et si vous aimez les histoires vraies décomplexées, Blackkklansman est fait pour vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.